Joseph Boussion explique que c'est dur d'être berger.

Pierre Rigaux répond qu'il y a une indemnisation généreuse et des tirs autorisés qui permettent largement de limiter l'impact du problème.

Déroulé détaillé

  1. Vidéo de Brut Nature, montrant la dure vie des bergers en interviewant Joseph Boussion.
  2. Vidéo de réponse de Pierre Rigaux, qui explique tout ce qui existe pour indemniser les moutons perdus, et autres mesures de défense du pastoralisme.

Résumé

D'un côté, Corentin Esmieu, Hugo Clément et Jean-François Landry, qui reconnaissent un tir légal, mais potentiellement illégitime et inutile.

De l'autre, Joseph Boussion, COADAPTH, les auteurs de “Où paturer”, la préfecture qui soutient les louvetiers, qui soutiennent que le pastoralisme est en péril et que sa position est invivable à cause du loup.

Déroulé détaillé

  1. Réponse de Joseph Boussion, auteur de Carnet de Berger sur Facebook, sur un ton agressif, avec relativement peu d'arguments autres que “les bobos urbains, vous savez pas ce que c'est le vrai travail, vous cassez les couilles”.
  2. Article du Huffington Post relatant la polémique dans lequel Hugo Clément évoque une invitation restée sans réponse à venir faire un docu chez lui.
  3. Vidéo de l'Obs interviewant Jean-Marc Landry pour tenter de démêler la polémique. Jean-Marc Landry, du projet Canovis (cité par Baptiste Morizot dans Manières d'être vivant), réitère que le tir est légal, mais peut-être pas justifié, étant donné que le loup semble être dissuadé.
  4. Réponse de Joseph Boussion à l'article du Huffington Post, de l'Obs et à Hugo Clément qui conteste la contribution de Jean-Marc Landry au prétexte qu'il “amasse plein de thunes avec sa fondation”, et renvoie vers d'autres études, après quelques remarques sur le fait que lui “il ne tombe pas sur de la 4G comme sur des crottes de chiens”, “qu'il travaille pour l'avenir, dans le respect du passé”, et qui renvoie dans les cordes la proposition d'Hugo Clément de venir faire un reportage.
  5. Réponse d'Hugo Clément aux réponses de Joseph, qui analyse un peu le personnage, son histoire, et qui l'attaque un peu sur le fait “qu'il n'est pas vraiment de la montagne”. Attaque un peu inutile et dangereuse : ce n'est pas l'origine qui fait la compétence…
  6. Livre cité par Joseph Boussion dans sa vidéo de réponse (cf 5), disant que le pastoralisme est menacé par une “idéologie verte” incluant “rewilding et véganisme”, alors que c'est une culture qui permet l'entretien de la montagne. Les pastoralistes seraient des parias rejettés de toute part alors qu'ils feraient tout pour s'intégrer.
  7. Loup et élevage, bilan de 27 ans de coexistence étude citée par Joseph Boussion en réponse à Hugo Clément (cf 5), et également dans cette vidéo. On y parle du fait que l'élevage, qui fait face à une pression constante du loup, “entretient les paysages, et crée des habitats pour de nombreuses autres espèces protégées.” L'article invite en mots différents à privilégier une approche diplomatique, dite “de réciprocité”, avec des limites claires à ne pas franchir, et un risque de blessure/mort pour le loup si il les dépasse. Il invite à questionner la protection absolue du loup qui lui ferait en quelque sorte prendre la confiance, et insiste sur le coût très élevé de la protection des troupeaux (38 millions d'euros), qui monterait encore avec une approche de réciprocité. Il précise que 90 % des coûts sont liés à la protection, et 10 % aux indemnisations.
  8. Quand les loups franchissent la lisière, obtenue par rebond sur le site de l'INRA, aborde la question de loups devenant menaçants dans la zone de Seyne les Alpes (04), y compris pour les bovins, et les humains. Ton anti-loup à peine voilé, enquête exclusivement chez des éleveurs et des chasseurs, un loup “entièrement noir” menaçant, à deux doigts d'être un remake 2020 étrangement biaisé de l'enfant qui criait au loup !
  • michka/loup.txt
  • Last modified: 2020-09-04 07:40
  • by michka